Aux 3 cités, les habitants proposent

Au mois de juin, c’est la fête dans les quartiers poitevins. Chacune est une occasion supplémentaire de rencontrer les bénévoles et salariés des centres socioculturels.  C’est aux 3 cités, qu’au détour d’une tonnelle, nous avons rencontré Fernande Cormier. Nous l’avons écouté un (trop court) instant nous parler du plan de rénovation urbaine de Poitiers. Elle nous a fait découvrir les coulisses de la résidence intergénération de la rue René Armand.

Elle est vraiment particulière, cette résidence. Quand, en 2008, Sipea Habitat a proposé de transformer un immeuble en résidence intergénérationnelle, les habitants ont souhaité être associés au projet. Ils se sont naturellement tournés vers le centre socioculturel des 3 cités pour obtenir un soutien méthodologique.
Fernande nous raconte les grandes étapes vécues avec ses voisins, les habitants du quartier. A partir du moment ou on les a interrogé sur leurs préoccupations, ils se sont montrés très préoccupés par la question de la santé. Ils notent une grande inégalité d’accès aux soins. On commence alors à parler d’un projet de santé communautaire. Ils ont envie que la santé devienne le fruit d’une collaboration. Cette pratique est peu connue mais elle existe déjà ailleurs en France. Pour que « la santé soit directement prise en main par les habitants », on s’appuie notamment sur l’éducation et la prévention nous explique Fernande Cormier. Mais alors, quel est le lien entre la santé et l’immeuble de Sipea Habitat ?

Depuis quelques mois, on commence à parler d’un centre de santé qui serait situé en bas de la résidence intergénérationnelle. Dans ce centre, les habitants auraient accès à des soins bien sur. L’idée est également d’organiser des actions de prévention et d’éducation à la santé. C’est une association qui gérerait ce centre de santé. Une association d’habitants du quartier bien sur. D’un projet de transformation de l’habitat pour le rendre confortable aux seniors, on pose aujourd’hui la dernière pierre d’un édifice qui va répondre à une vraie problématique du quartier. Forts de leur expertise d’usage, associés à des professionnels de santé et aux partenaires locaux, les habitants se mêlent de ce qui les regarde. Il reprenne le pouvoir en quelque sorte.

Si vous souhaitez voir plus de photos de la fête de quartier des 3 cités, c’est par ici.

2 Commentaires

    • MECHAIN sur 23 janvier 2014 à 16:12
    • Répondre

    Bonjour,
    Etant poitevine et ayant fait toutes mes études médicales à Poitiers, j’ai lu avec attention votre article de projet de centre de santé.
    Depuis 1999, je dirige sur la commune de Vitry, le laboratoire d’analyses biomédicales qui est une structure municipale implantée dans un Centre Municipal de santé comprenant presque toutes les spécialités (médecine générale et spécialisée, dentaire, radiologie, assistance sociale, laboratoire, vaccination…).
    La population nous est très attachée et ce mode d’exercice apporte de nombreux avantages aux différents praticiens et principalement celui de fonctionner en équipe.
    Les jeunes médecins viennent en stage chez nous et sont de plus en nombreux à etre séduits par ce mode d’exercice.
    Pour les patients: plus besoin de se déplacer à plusieurs endroits différents, tout est centralisé avec un DOSSIER MEDICAL PARTAGE qui est beaucoup mieux géré entre tous les professionnels de santé.
    C’est une structure qui assure un accès EGALITAIRE à tous les soins et surtout prend en compte les difficultés sociales du patient.
    Forte de mes 14 ans d’ expérience, c’est à mon avis, la voie d’avenir pour assurer des prestations de qualité dans le domaine de la santé ACCESSIBLE à tous!
    Cordialement
    Bénédicte MECHAIN (Tél: 01 55 53 50 89)

    1. Bonjour Bénédicte,
      Merci pour votre commentaire. Nous espérons que le projet poitevin sera également une réussite.
      Vous pourrez en suivre l’évolution sur ce site internet.
      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal