États généraux du travail social : le développement social local a le vent en poupe !

En ce début d’année 2014, pour faire suite au Plan de lutte contre la pauvreté, l’Etat a lancé une vaste réflexion autour du travail social. Partout en France, les Direction Régionale Jeunesse Sport et Cohésion Sociale (DRJSCS) ont enclenché des réflexions dans les départements pour faire remonter les attentes des usagers, salariés, administrateurs et bénévoles de l’ensemble des structures du social et du médico-social. Les Centres Sociaux étaient également invités à ces États Généraux du Travail Social.

EGTS2

Le 28 mai 2014, à Poitiers, tous les participants des rencontres départementales ont été invités par la DRJSCS pour découvrir la synthèse régionale de tout ce qui a pu être abordés dans les départements. Près de 200 personnes étaient présentes dont des représentants de l’union régionale des centre sociaux de Poitou-Charentes, le centre social Toit du Monde, l’association Espoir accompagnée par le CSC des Trois Cités, et le CSC de Bressuire. Nous y avons abordé plusieurs thématiques parmi lesquelles la transversalité, les pratiques partenariales, la place du bénévolat et l’approche globale.

Mais l’axe central abordé par notre région, et on peut en être fier car elle répond pleinement à nos préoccupations, est « la place des usagers dans les actions et les dispositifs du travail social ». Le constat ici est cinglant : les structures sociales et “médico-sociales” sont déconnectées des  «usagers ». La multiplicité des dispositifs noie les habitants, les structures et les institutions. Et, la plupart du temps, les dispositifs sont jugés inefficaces. Pris dans toutes les contraintes descendantes, les normes, les multiples dispositifs, les professionnels portent des discours de plus en plus techniques et, parfois, il peut leur arriver de parler à la place des habitants. Dans ce contexte, la majorité des travailleurs sociaux ne sont plus en mesure de faciliter la prise de parole des habitants et la mobilisation citoyenne en vue du Développement Social Local.

Plusieurs préconisations sont proposées, mais retenons quatre choses essentielles, dites lors des débats :

 > Toutes ces questions ne sont pas techniques mais bien politiques ! L’Action sociale n’est pas une planète à part, déconnectée de la vie publique ! Bien au contraire ! C’est l’affaire de tous !

EGTS1

> Dans les intitulés des ateliers, le mot « usager » était invoqué. Cela nous interroge en tant que Centres Sociaux. D’autres acteurs sont dans ce cas. De notre côté, nous avons plutôt tendance à parler d’habitants, voire même de citoyens ! Ce n’est pas une coquetterie d’éducation populaire. Bien au contraire ! En parlant ainsi, on se rappelle que chaque habitant est une ressource potentielle pour son territoire et, qu’avec ses voisins, il peut choisir et décider ce qui est bon et adapté pour son territoire. L’habitant n’est pas uniquement celui qui « utilise » nos structures mais bien celui qui peut porter les projets, y prendre part, être bénévole, prendre un pouvoir, reprendre la main, tout comme il devient urgent que les habitants reprennent la main sur leurs propres vies et les liens à tisser avec ses voisins. Et les professionnels peuvent être amenés à les accompagner dans ces pratiques. Une sorte d’écho au Pouvoir d’Agir des habitants !

> Toutes ces réflexions résonnent avec les principes fondamentaux d’Éducation Populaire. Il est essentiel de considérer la culture de chaque personne. Culture au sens large du terme. Faire progresser la ou les cultures est très important. Cela permet à chaque personne de retrouver sa dignité, sa place dans la société et permet de prendre conscience du monde qui nous entoure.

> Il a été rappelé à maintes reprises de l’importance de travailler ensemble et de décloisonner les structures et les politiques publiques. Désireux de développer des « pactes de coopération », c’est-à-dire des conventions pluriannuelles et pluri partenariales, nous ne pouvons qu’y souscrire !

> Enfin et surtout ! Le Développement Social Local a largement été cité et a le vent en poupe !  Tous les intervenants semblent être unanimes pour dire que le Développement Social Local était une bonne idée, née et développée dans les années 80. Pour beaucoup cette démarche d’animation de territoire a été trop longtemps délaissée. Les travailleurs sociaux semblent être unanimes pour y renouer avec force !

Et là, les Centres Sociaux sont reconnus et largement mis en avant. Nous sommes les structures connues et reconnues qui oeuvrons pour le Développement Social Local. A travers nos projets de territoires, en impliquant l’ensemble des habitants, en mettant en avant une démarche d’animation globale et de transversalité.

Pour les suites, toutes ces préconisations et réflexions vont être remontées dans des espaces inter-régionaux  puis à un niveau national.

EGTS3

Rappelons aussi que la terminologie « États Généraux » n’est pas anodine !  C’est la démarche qu’avait initiée Louis XVI pour résoudre la crise financière due aux dettes du Royaume. Rappelons que cela a donné suite au Serment du jeu de Paume puis à la Révolution Française ! Faisons le vœu que ces États Généraux aboutissent à une véritable révolution de l’action sociale !

Daniel Bâcles, administrateur URECSO et CSC de Bressuire (79)
Fernande Cormier, présidente de l’association Espoir (Quartier des 3 cités, Poitiers)
Chantal  Lucques, Directrice du Toit du Monde (Poitiers)
Georges Bray, Délégué de l’ URECSO

 Personnes du réseau présentes à la restitution régionale du 28 mai.

Lire le document projeté le 28 mai : support_complet_EGTS

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal