Nos acteurs apprennent à écrire

Le 5 juin dernier, les acteurs des centres socioculturels poitevins concernés par la question de l’enfance et de la jeunesse étaient réunis pour « s’entraîner » à écrire un projet éducatif. Cette rencontre faisait suite à celle du 19 avril, où, avec Philippe Labbé, les animateurs s’étaient questionnés sur les besoins éducatifs du futur.

L’exercice était de taille mais les bénévoles et les salariés présents ont joué le jeu. Alors, si nous partons du principe que demain, nos enfants devront être en capacité de participer à la vie de la cité, et être également en capacité de vivre ensemble et que, bien sûr, c’est mieux si les animateurs les accompagnent et respectent leur rythme… Si nous sommes en concordance à la fois avec le projet du centre socioculturel et de fait, avec les valeurs que nous portons… Alors comment le formaliser dans le projet éducatif ? Quelles consignes précises donne t-on aux animateurs ? Sachant que ces consignes doivent être très concrètes, très pragmatiques. « Quand on dit que, dans nos activités, nous devons apprendre le respect aux enfants, il faut  en revenir à nos fondamentaux, à nos valeurs. Le mot respect ne prend pas la même forme dans un centre de loisirs et sur un terrain militaire par exemple. Dés lors, que va devoir mettre en place un animateur pour que les enfant assimilent cette notion de respect ? » explique Marie, salariée au centre socioculturel des trois cités.

L’objectif de la soirée semble atteint. Les directeurs de centre de loisirs voulaient trouver des outils pour pouvoir, avec les bénévoles et chacun dans sa structure, écrire des projets éducatifs qui correspondent aux besoins des familles. Les réseaux des centres socioculturels et des Francas de la Vienne en reviennent à leur cœur de métier : prendre le temps et élever le niveau de la réflexion, débattre, se nourrir ensemble pour nourrir le pouvoir d’agir des citoyens. Ça rappelle un peu l’éducation populaire, non ?

Pour écouter ce que pensent les acteurs de la méthode de travail choisie par la fédération des centres socioculturels et les Francas de la Vienne, cliquez sur le symbole lecture.


La Blaiserie, 5 juin 2012 par fcsv

 

Plus d’informations auprès de Denis Renaudin.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils