Quand les habitants font l’info

La troisième association qui viendra nous dire ce qu’elle fait les 12 et 13 octobre à Aiffres s’appelle la Tvnet Citoyenne. Olivier Berardi fera le voyage de Savoie pour venir nous parler de la chaîne de télévision sur internet qu’il a créée il y a 2 ans. Mais nous, à la fédé, on est curieux. Alors on lui a téléphoné pour qu’il nous raconte… On a ouvert grand les oreilles !

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de la TV net citoyenne?

J’étais demandeur d’emploi de longue durée quand j’ai commencé à contribuer à un blog de ville. Il s’agit d’un site web auquel tous les habitants peuvent participer en rédigeant des articles, en mettant des photos ou des vidéos. Ça m’a donné l’idée et l’envie d’un média plus large. Alors j’ai cherché des personnalités pour porter le projet avec moi. Demandeurs d’emploi, enseignants, agent SNCF… Ensemble, nous avons eu envie d’avoir un média de proximité, réactif, moins langue de bois que les médias traditionnels. Nous avons voulu faire mieux circuler les informations locales.

La Tvnet Citoyenne est une télévision qui propose de l’information locale produite par des habitants du territoire qui ne sont pas journalistes de formation. C’est très rare en France. La plus part des télévisons sur internet ne proposent pas d’information sociale, économique ou politique locale. Quant aux producteurs de l’information, ce sont soit des journalistes, soit des communautés spécifiques (écoles de commerce, entreprises, marques etc.) qui valorise leur produit. Nous, nous recueillons les paroles d’habitants, d’élus, de jeunes, de commerçants… Nous traitons l’information le plus objectivement possible, sans jamais prendre position et toujours dans le plus grand respect de la personne interviewée.

Aujourd’hui, les médias nationaux nous considèrent comme des journalistes à part entière. Nous recherchons, produisons et diffusons des informations et sommes légitimes pour le faire. En revanche, nous ne souhaitons toujours pas de carte de presse. Je vous dirai pourquoi la semaine prochaine.

Vous vous considérez comme un amplificateur de paroles, d’idées et d’actions. Est ce qu’en cela vous vous sentez acteur du pouvoir d’agir? Avez-vous déjà entendu parler de ce concept?

Oui, j’ai déjà entendu parler du pouvoir d’agir. J’estime en être une preuve vivante ! J’étais dans une situation sociale difficile. Au lieu de la subir, j’ai repris mon rôle d’acteur. J’ai en quelque sorte symboliquement repris la parole à travers cette télévision en ligne.

Par ailleurs, l’information que nous produisons, que nous voulons, je le rappelle, la plus objective possible, a également pour objectif de permettre aux habitants d’agir en connaissance de cause sur leur territoire. Plus les habitants en savent sur leur lieu de vie, sur les élus qui les gouvernent, sur leurs concitoyens, leurs conditions de vie, plus ils sont à même de faire des choix pertinents pour eux, d’intervenir dans la vie politique locale, de prendre la parole pour donner leur avis, pour faire évoluer une situation.

L’un des autres volet de l’association Tvnet citoyenne est l’animation audiovisuelle. Nous intervenons, notamment dans les centres sociaux, pour animer des ateliers audiovisuels, pour sensibiliser au journalisme citoyen ou pour développer son esprit critique face à l’information que l’on nous sert dans les grands médias.

Comment imaginez-vous la tv net citoyenne dans 5 ans? Et dans 10 ans?

Au sein de la webtv, nous sommes des militants de l’information locale. Dans 5 ou 10 ans, j’aimerais que la webtv soit toujours non commerciale et qu’elle soit encore mieux implantée sur le territoire.

La tendance actuelles est à l’augmentation de l’audience. De plus en plus de personne regardent nos reportages. Pourtant, je suis pessimiste pour demain. Pour les citoyens, abandonner complètement les médias nationaux serait trop difficile. Ils les critiquent beaucoup et paradoxalement, les sollicitent et les utilisent énormément lorsqu’ils ont besoin de communiquer. Alors ce que j’aimerais pour demain, c’est que l’on puisse réfléchir à des médias pluriels qui diffusent des informations de qualité.

La colporteuse, la chèvre rit et l’Afipar.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal